22/09/2006

Mon Venise

Que c'est triste Venise
Au temps des amours mortes
Que c'est triste Venise
Quand tu ne m'aimes plus

je cherche encore tes mots
Mais l'ennui les emporte
je voudrais bien pleurer
Mais je ne le peux plus

Que c'est triste Venise
Lorsque les barcarolles
Ne viennent souligner
Que des silences creux

Et que mon cœur se serre
En voyant les gondoles
Abriter le bonheur
Des couples amoureux

Que c'est triste Venise
Au temps des amours mortes
Que c'est triste Venise
Quand tu ne m'aimes plus

Les musées, les églises
Ouvrent en vain leurs portes
Inutile beauté
Devant mes yeux déçus

Que c'est triste Venise
Le soir sur la lagune
Quand je cherches ta main
Que tu ne me tends plus

Et que j’ironise
Devant le clair de lune
Pour tenter d'oublier
Ce que tu ne me dis pas

Adieu tout les pigeons
Qui nous ont fait escorte
Adieu Pont des Soupirs
Adieu rêves perdus

C'est trop triste Venise
Au temps des amours mortes
C'est trop triste Venise
Quand tu ne m'aimes plus

 

merci à Charles Aznavour pour l'adaptation libre de son texte

12:19 Écrit par Framboise | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

17/09/2006

 Mon livre

Mon meilleur ami c’est mon livre

Mon livre du moment

Toujours libre et disposé

À me raconter histoires et fantaisies

 

Mes meilleurs amis sont mes livres

Tantôt on rit

Tantôt on pleure

Mais ils me parlent au plus profond de moi

 

Parfois pendant plusieurs jours

Il reste sur le côté

Mais c’est avec joie

Que je l’ouvre et qu’il continue à me parler

 

Ce sont mes amis intimes parfois

À côté de mon lit

Ils demeurent silencieux

Jusqu’à prise d’une envie soudaine

Où je les dévore tout cru !

 

Je ne suis jamais seule avec eux

Avec eux je voyage dans l’infini

Tantôt dans le rêve

Tantôt vers un pays lointain

 

Souvent ils se retrouvent en moi

Ou plutôt moi en eux

Je m’identifie à leurs histoires

Je vis et je ris avec eux

 

Mais je n’ai qu’une peur

C’est qu’au bout

Je vois apparaître

Le mot fin et que je reste sur ma faim !

18:15 Écrit par Framboise | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/09/2006

Hélas

Nous ne vieillirons pas ensemble

Puisque tu en as décidé autrement

Nous ne vivrons plus ensemble

Ces moments magiques c’est ainsi

 

J’y repense sans cesse

Je cherche à comprendre

Comment tant d’amour

Peuvent ainsi disparaître

 

Je t’aime à cet instant

Plus fort que jamais

Et je te vois partir

De plus en plus loin

 

Je voudrais tant te retenir

Mais mon amour n’est plus assez fort

Tu as oublié ma voix, mes baisers

Tout est effacé

 

Pourtant je suis la même

Celle que tu as aimée

Je suis la même rien de mieux

Mais rien de pire

 

Et même si la distance nous sépare

Tu es toujours là

À chaque moment

Cela me brûle de plus en plus

 

Je meurs d’amour pour toi

Dans cette prison

Emmurée dans mes souvenirs

Dans l’attente d’une porte

 

Entends mon appel

Avant qu’il ne soit trop tard

Viens me délivrer de ce chagrin

Que ton sourire illumine à nouveau mes matins

 

Que ma vie reprenne un sens

Et que ce sens soit toi

Pour toujours

Et à jamais

 

Je t’aime, pardonne moi

17:30 Écrit par Framboise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |