22/09/2006

Mon Venise

Que c'est triste Venise
Au temps des amours mortes
Que c'est triste Venise
Quand tu ne m'aimes plus

je cherche encore tes mots
Mais l'ennui les emporte
je voudrais bien pleurer
Mais je ne le peux plus

Que c'est triste Venise
Lorsque les barcarolles
Ne viennent souligner
Que des silences creux

Et que mon cœur se serre
En voyant les gondoles
Abriter le bonheur
Des couples amoureux

Que c'est triste Venise
Au temps des amours mortes
Que c'est triste Venise
Quand tu ne m'aimes plus

Les musées, les églises
Ouvrent en vain leurs portes
Inutile beauté
Devant mes yeux déçus

Que c'est triste Venise
Le soir sur la lagune
Quand je cherches ta main
Que tu ne me tends plus

Et que j’ironise
Devant le clair de lune
Pour tenter d'oublier
Ce que tu ne me dis pas

Adieu tout les pigeons
Qui nous ont fait escorte
Adieu Pont des Soupirs
Adieu rêves perdus

C'est trop triste Venise
Au temps des amours mortes
C'est trop triste Venise
Quand tu ne m'aimes plus

 

merci à Charles Aznavour pour l'adaptation libre de son texte

12:19 Écrit par Framboise | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour tristesse.... Délicieux roman de Françoise Sagan.
La mélancolie est une muse adorable.
Au rythme des feuilles qui se détachent de l'arbre, tes mots vont à nouveau tapisser l' espace vert. Ainsi vont les saisons....
Je prends plaisir à te lire....

Écrit par : Feuille d'automne | 02/10/2006

La mort à Venise Ton adaptation aznavourienne me fait penser au film de Lucchino Visconti :"La mort à Venise", ce chef-d'oeuvre que tu connais certainement (images splendides, interprétation de premier choix, et l'envoûtante musique de Mahler). Amitiés!

Écrit par : Mahieu | 07/10/2006

Les commentaires sont fermés.