26/12/2004

NOEL

Avez vous vu ces fleurs blanches
Qui tombent par millier
Leurs pétales de cristaux
Forment sous mes pieds
 
Un tapis de joyaux
Qui scintillent aux soleil d'hiver
d'une blancheur sans pareil
 
Avez vous vu comme
Les étoilles brillent cette nuit
Elles attendent un ami
C'est surement en mettant leurs parements
 
Avez vous vu ce dieu que l'on attend
Il viendra des cieux
Qui ne l'attend pas ?
Tout le monde tend les bras
 
Les fleurs continuent de tomber
Caressant sur leur passage
Comme un peintre qui
Dessine un nuage
 
L'immensité de la forêt
Blanchie par ces fleurs blanches
La neige couvre de son manteau
Toute vie qui attend Noël enfin ...

17:47 Écrit par Framboise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/12/2004

Le vide

Un jour je me suis réveillée

Et je n’ai plus reconnu

Ni ma maison, ni ma chambre

Ni ma vie

 

Tout ce que je connaissais

Mes habitudes, mes repères, mes rêves

Tout était parti

Plus rien n’existait

 

J’ai cherché tout cela

Autour de moi et

Il n’y avait plus que le silence

L’indifférence, la distance

 

Plus rien de ma vie

Tout était parti, envolé

Que me restait il alors ?

Des jours heureux

 

De ces moments de joie, de bonheur avec toi

Quand le mot nous voulait encore dire quelque chose

Quand tous nos rêves

Et nos espoirs étaient là

 

Mais comment pendant que nous dormions

Sans s’en rendre compte

Le vide et le froid

S’est installé entre nous

 

Et maintenant je suis perdue

J’ai peur et j’ai froid

A chaque instant la seule question

Qui vient et revient

C’est pourquoi ?




20:44 Écrit par Framboise | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

11/12/2004

L'empereur de mes nuits


Cette nuit dans mon rêve
Mon ami est venu me voir
Il était assis à côté de moi
Et de ma main je caressais sa fourrure épaisse et drue


 
Mon coeur bondit de joie
En le voyant là à nouveau à mes côtés
Lui mon ami
Mon empereur de mes nuits
 
Pendant ces dix années
Où il a partagé ma vie
Toujours fidèle, toujours digne
Un chien de toute beauté
 
J'aime me souvenir de ses premiers pas
Tous les regards attirés
Vers cet animal hors du commun
Et pourtant si doux, si intelligent
 
J'aime me souvenir de ses petites oreilles
De sa queue en tire bouchon, de sa fourrure piquante
De ses petits yeux droits et francs
De sa patience et de son calme souverain
 
Comment décrire
Tout ce que ce petit être
M'a apporté
Joie et fierté
 
Comment décrire le déchirement
De nos adieux trop bref
Lorsque la maladie l'a emporté
Sous nos yeux impuissants
 
Sa souffrance et sa dignité
A cet instant reflétait si bien
Son tempérament d'empereur
Car ainsi il fut, car ainsi Pu yi vécut, et mourrut
 
Et si cette nuit il revient à nouveau
Me rejoindre dans le creux de la nuit
Je lui dirais merci mon ami
Pour m'avoir tant donné et que jamais je ne l'oublierai
 



18:48 Écrit par Framboise | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |